La tristesse passe sur les toits au moment du réveil
Elle est dans l'eau salée de la mer
Elle contourne une rue, passe au feu rouge, elle dans une lettre restée close
Posée sur la commode, elle est pendant les concerts et les fêtes
Elle est dans la vapeur qui s'échappe d'une tasse de thé, dans la voix
Du présentateur du journal, dans tous les livres que je ne veux plus lire...
Elle est là quand je jette un oeil au-delà de ma prison
Elle est là qui laisse sa trace encore chaude sur les draps
Je la lis dans les lignes de mes mains

La tristesse je n'ai pas besoin de la chercher très loin
Compagne de toujours

 

 

Juillet 2007